Les «Étagères de la Nuit» : les boîtes à crânes de la Cathédrale Pol Aurélien

- Retour à l'accueil
  • Partager cet article :

La Cathédrale Saint-Pol Aurélien à Saint-Pol-de-Léon attire chaque année de nombreux visiteurs, curieux de découvrir son architecture, son orgue de Dallam ou encore ses vitraux. Mais cet édifice, terminé au 16ème siècle, abrite aussi une collection bien particulière !

C’est cette collection que je m’apprête à (re)découvrir. Disposant d’une heure devant moi, je décide de me rendre dans la Cathédrale, que je connais déjà, pour m’attarder sur l’une de ses particularités.

Cathédrale Pol-Aurelien
La cathédrale Pol-Aurelien

En effet, dans un coin de cette ancienne nécropole, d’étranges étagères, protégées par une imposante grille, supportent de petites boîtes en bois qui ressemblent à s’y méprendre à de petites chapelles. Ces boîtes, appelées « boîtes à chefs » contiennent en faite chacune le crâne d’un défunt. Je ne m’étais jusqu’alors jamais attardée dans cette partie de la Cathédrale, peut-être trop impressionnée pour m’y aventurer… C’est donc timidement que je m’approche des étagères.

Nécropole
Nécropole de la cathédrale
L'étagère où reposent les boîtes à crânes
Les étagères de la nuit... où reposent les boîtes à crânes

Dans chaque boîte, ou presque, un cœur est taillé, laissant entrevoir le crâne des défunts. D’abord effrayée, puis troublée, les boîtes attisent finalement ma curiosité ! Je découvre alors avec intérêt les inscriptions funéraires de chacune, sur lesquelles je peux presque toujours lire : « Ci-gît le chef de… » suivi du nom du trépassé et de sa date de décès.

Boites à crânes
Ci-gît...

Mais comment expliquer la présence de ces boîtes dans la Cathédrale ? À partir du 16ème siècle, les plus riches étaient enterrés dans la Cathédrale, lieu hautement symbolique, qui avec le temps, fini par devenir inaccessible, les tombes étant devenues trop nombreuses. Pour palier à ce problème de taille, l’évêque interdit, à partir de la deuxième moitié du 18ème siècle, l’inhumation dans le sol de l’Église. Le cimetière ne disposant pas d’une capacité suffisante pour continuer à accueillir les nouveaux défunts, une nouvelle pratique s’impose : après cinq ans, une fois les chairs du corps décomposées, le crâne est prélevé et placé dans une boîte, donnée aux familles, ou déposée sur ces étagères, délicatement appelées « Étagères de la Nuit ».

Datant du 16ème au 19ème siècle, ces boîtes renferment le chef d’enfants, de femmes et d’hommes, de catégories sociales différentes ; la hiérarchie de l’époque n’ayant pas réussi à se frayer un chemin sur ces « Étagères de la Nuit ». C’est ainsi que le chef d’Hamon Barbier, riche seigneur à qui l’on doit notamment le Château de Kerjean, côtoie le chef d’un boulanger et que le chef d’une enfant, côtoie celui du seigneur Nebout de la Brosse, fondateur du petit séminaire…

Satisfaite d’avoir enfin approché les « Étagères de la Nuit », je me dirige vers la sortie, en attendant de revenir découvrir les autres attractions insolites de la Cathédrale !

Boites à crânes 3
Boîtes à crânes 4
cathédrale Pol-Aurélien

Ressources :